CHRONIQUES INTERNATIONALES - LUXE & PRESTIGE

Photo: Joailleire - Bijoux de luxe - Cartier ©


Cartier

Collection Panthère de Cartier


1914, LA PANTHÈRE APPARAÎT POUR LA PREMIÈRE FOIS CHEZ CARTIER
En 1914, Cartier crée son premier motif taches de panthère sur une montre-bracelet. Son pavage noir et blanc, abstraction inspirée de la nature, en onyx et diamants,
inaugure le mouchetage en joaillerie et préfigure les contrastes du style Art déco à venir. La même année, Louis Cartier commande à l’illustrateur et peintre français George Barbier

une « Dame à la panthère ». L’aquarelle, d’abord utilisée pour un carton d’exposition, est ensuite reprise pour la publicité de la Maison.

Une femme panthère se dessine… Qui est-ce ? Une prédatrice, une amazone, un mystère, un fantasme, une égérie, moitié femme-moitié félin ?
Ce que l’on sait d’elle, c’est qu’elle se distingue, revendique son indépendance, sa liberté, seule capable de griffer son existence d’une féminité sauvage et belle.

Pour Cartier, la première s’appelle Jeanne Toussaint, collaboratrice et muse de Louis Cartier.
Elle est originale, créative et exigeante.

Inventive égérie qui s’approche pas à pas du félin, en révèle le pelage en joaillerie, impression de motifs tachistes avant de lui donner pleinement corps et vie.

Directrice de la création de la haute joaillerie de Cartier en 1933, elle s’entoure, aux yeux des grandes clientes, d’une aura indiscutable en matière de style en prodiguant le fameux
« goût Toussaint ».

2014, LA PANTHÈRE POURSUIT SON RÈGNE
Parce qu’elle griffe l’allure, ses apparitions signent instantanément un style. La panthère Cartier 2014 se signale à nouveau par sa présence phénoménale et moderne.
Rien qu’elle, et le charme opère.

Figurative, graphique, joueuse, douce, sauvage, lascive, féroce ou cinétique ; elle multiplie les surprises, fidèle à son aura d’audace et de sophistication joaillière.
Cinquante-six pièces, pour une collection sur laquelle l’héroïne règne en félin absolu.

Magnifique, en bague « vanités », comme une radiographie d’elle-même squelettée d’or…
Ravageuse, quand elle donne un coup de poing d’élégance déliée, d’une phalange à l’autre de la main.

Op art, dans sa version littéralement cellulaire… Plus de corps, ni de gueule, juste un motif joaillier de diamants et de taches d’onyx pour un bracelet tribal.
Des bijoux de grand savoir-faire qui puisent leur vitalité créative dans l’énergie du fauve totémique de Cartier.

 

Photo: Joailleire - Bijoux de luxe - Cartier ©

 
Reportages - Communiqués - Mise en ligne par PrestigeGuide : Le Luxe & le Prestige - Chroniques internationales << Page précédente
PLAN DU SITE I PROFESSIONNELS I ANNONCEURS I CONTACTER LA TEAM l JOBS l MENTIONS LEGALES I ESPACE PROFESSIONNEL